Le Conseiller en Energie Partagée (CEP)

Les missions du conseiller énergie au quotidien

Après avoir établi un bilan énergétique global du patrimoine communal des communes adhérentes, le conseiller énergie présente aux élus une vision globale de leur patrimoine et de leurs dépenses en énergie. Bien souvent, les élus sont surpris des résultats et prennent conscience du potentiel d’économies réalisables !

 

Le conseiller énergie leur propose alors des préconisations concrètes et hiérarchisées pour réduire les consommations énergétiques et agir contre la hausse des prix des énergies.

 

Le conseiller énergie réalise aussi un suivi personnalisé de la commune : suivi des consommations, accompagnement de projets, actions de sensibilisation...

 

Il participe également à l’émergence et à la mise en place d’une animation à l’échelle du territoire : mise en réseau des collectivités pour créer une dynamique d’échanges.

 

L'ALEC aux côtés de l'ADICA pour le CEP sur le Sud de l'Aisne

L'ALEC du Sud de l'Aisne travaille avec l'ADICA, référent au niveau du département de l'Aisne pour le CEP. Si votre commune est adhérente, nous pouvons ainsi venir vous rencontrer pour évaluer les premiers éléments de vos besoins ou de votre projet.

Si vous n'êtes pas adhérent, n'hésitez néanmoins pas à nous contacter afin de prendre des renseignements pertinents pour votre projet.

Le Conseiller en Energie Partagé de l'ADICA.

Contexte : Une compétence manquante dans les « petites » communes

D’après l’enquête 2012 « Énergie et Patrimoine Communal », les communes françaises ont une consommation énergétique totale de 27,7 milliards de kWh, soit une facture 2,85 milliards d’euros.

 

Les communes de moins de 10 000 habitants ciblées

Les communes de moins de 10 000 habitants ciblées par le dispositif Conseil en Energie Partagé (CEP) représentent environ 50 % de la population française et la moitié des consommations d’énergie des communes.

Si la dépense d’énergie représente en moyenne 4,2 % du budget de fonctionnement de la commune, cette part est plus importante dans les petites communes (6,0 % du budget de fonctionnement pour la tranche 500 à 2 000 habitants, masse salariale incluse, rapportée à la dépense totale de fonctionnement des communes.) que dans les grandes villes.

Cette catégorie de communes dispose généralement de faibles moyens humains et de compétences techniques limitées en matière d’énergie. Alors que les collectivités locales portent une responsabilité de plus en plus importante en matière de consommation énergétique, la mise en place de Conseillers en énergie partagés apporte une réponse ciblée à ces enjeux.

 

Un emploi mutualisé

La plupart des communes de moins de 10 000 habitants, si elles ont la volonté politique d’engager une démarche de maîtrise énergétique, manquent des moyens humains et financiers de le faire.

Même si une petite commune trouvait les moyens d’embaucher un conseiller énergie, celui-ci risquerait de se retrouver dans une situation de sous-emploi.

 

D’où le principe d’un service énergie mutualisé et l’apparition du Conseil en Energie Partagé (CEP).

source : energie-patrimoine-communal-enquete-2012-synthese
source : energie-patrimoine-communal-enquete-2012-synthese